CATTENOM : 8 militants Greenpeace en garde à vue

13 octobre 2017

Hier matin, à 5h37, huit militants de Greenpeace se sont introduit dans la centrale nucléaire de Cattenom.

Ils ont franchi le grillage extérieur à l'aide d'une échelle à double pan et ont tiré un feu d’artifice a proximité de la piscine d’entreposage du combustible nucléaire usé.
Une infraction au regard du code de la défense, donnant lieu au dépôt d'une plainte.

Ils ont été stoppés, en seulement 8 minutes, par les gendarmes du peloton spécialisé présents sur les lieux.
Ils n'ont pas pu accéder aux bâtiments, ni à la zone réglementée.

Greenpeace voulait , par cet acte, dénoncer la vulnérabilité des bâtiments face aux risques d’actes de malveillance.

Au cours d'une conférence de presse, Arnaud Courcoux, directeur adjoint du site, a affirmé que la sécurité de la centrale n'est pas remise en cause. Le protocole de sécurité ayant parfaitement fonctionné. Il en veut pour preuve que les militants n'ont franchi qu'une seule des trois clôtures protègeant les installations.

Les huit militants ,originaires de la région parisienne, lyonnaise et de Marseille, sont actuellement en garde à vue.

Le site est actuellement fermé , les accès sont strictement réservés aux personnes autorisées et indispensables au fonctionnement de la centrale.